ECOLO

Page extraite du site web ECOLO - Groupe local de Perwez, section Elections 2006. Version imprimable. Cliquer ici pour retourner au site.


La Politique Ecolo de gestion du CPAS

Gestion des Homes - Lutte contre la fracture sociale et l'exclusion

 

 

Introduction | D'où Venions-nous ?

On ne s’étendra guère sur la situation telle que nous l’avons trouvée en début de législature ; elle est bien connue de la population perwézienne : sous-financement chronique tant du Centre que des Maisons de repos, avec les conséquences que l’on sait pour la vie sociale de Perwez . Absence donc d’une vraie politique sociale pour la commune .

En début de législature, le désir de changement était par conséquent très vif (et annoncé dans les accords de majorité ) ; ce d’autant que des erreurs pour le moins malencontreuses dans le chef de la majorité sortante ont retardé de six mois l’entrée en fonction de la nouvelle équipe au C.P.A.S. Par contre-coup, on a sans doute voulu aller trop loin trop vite…

Ces erreurs de jeunesse ont coûté cher à mon prédécesseur . Cependant, son bilan est loin d’être négatif avec, entre autres, la mise en place du M.R.S. (subsidiation plus importante pour les cas médicalement les plus lourds ), recours au Maribel social (engagements intéressants pour l’employeur dans les secteurs sociaux ) et engagement d’une directrice pour la Maison de repos .


Le Temps de la Stabilisation

Alors que nos Maisons de repos n’avaient connu que mises en garde de la Région Wallonne et agréments provisoires, nous avons obtenu l’agrément définitif pour le M.R. (Maison de repos) et provisoire pour le M.R.S. (Maison de repos et de soin ; renouvelable de six mois en six mois jusqu’en 2009, date à laquelle l’avancée des travaux d’Orbais devrait nous valoir un agrément définitif) .

Quoi qu’il en soit, dès aujourd’hui, la subsidiation INAMI (soins de santé) nous a permis d’atteindre l’équilibre financier de nos Maisons de repos : elles s’autofinancent et ne nous coûtent plus rien . Ce qui nous a valu en Conseil communal les félicitations y compris de l’opposition .

Pour ce faire, nous n’avons pas ménagé nos peines : des investissements conséquents ont été consentis (plus d’un million d’euros pour la rénovation électrique d’Orbais, la réimplantation de la cuisine d’Orbais, la rénovation des chambres, la maintenance extraordinaire en général et la création d’une I.L.A. (initiative locale d’accueil), à quoi il convient d’ajouter la rénovation des châssis à Orbais (180.000 €) actuellement en cours, celle du mobilier (370.000€) également et celle de la chaufferie (90.000€), largement subsidiées par les cabinets ECOLO Detienne et Daras (à titre exemplatif, la rénovation de la chaufferie l’est à 90%) .

Afin de répondre aux exigences sans cesse accrues de professionnalisme de la part de la Région Wallonne, nous avons également souhaité responsabiliser un personnel souvent peu qualifié, fréquemment recruté en on temps pour des raisons politiques ou sociales, en ayant recours à la formation continuée et à l’engagement systématique de chefs de service (technique, entretien, cuisine, soins et social), ce qui contribue également à juguler l’explosion des heures supplémentaires ...

Nous avons largement recouru à la subsidiation publique : cela nous a permis de continuer à engager sans grever exagérément le budget communal .

L'Avenir

Le service social n’a pas été oublié et s’est étoffé (on est passé de deux à cinq personnes), offrant sur la commune une palette plus importante de services : I.L.A., guidance budgétaire et bientôt vestiaire social et école des devoirs . Afin de répondre aux nouveaux beoins, l’administration a dû suivre (engagement de deux nouveaux agents) .

Nous sommes actuellement à l’étroit, et dans la perspective à moyen terme d’un déménagement, nous avons loué un bâtiment jouxtant le Centre afin de scinder les deux services (social et administratif) et assurer à notre personnel des standarts de qualité de travail supérieurs .Evitant toute décision unilatérale, le Président a travaillé constamment en concertation authentique avec les mandataires du groupe DRC et l’administration du Centre, n’hésitant pas-quand il le fallait-à prendre des décisions impopulaires.

Même si les relations avec la Commune n’ont pas toujours été simples, il n’a pas cessé de jouer la carte de la loyauté, quitte à « payer » souvent en Conseil les attaques dont en son temps, l’actuel bourgmestre (empêché) avait systématiquement gratifié le Président du C.P.A.S. de l’ancienne majorité .

Il nous revient que pour la fin de cette année civile (2005), nous devrions recevoir l’accord ministériel attendu pour l’agrandissement-rénovation d’Orbais (en vue de la fusion des deux sites) et que le financement permettant de démarrer les travaux par phases (krach II de la Région Wallonne ) devrait suivre en 2006, objet d’un arbitrage politique .

La fin des travaux est prévue pour 2010-2012, le rapatriement des résidents de Perwez sur Orbais étant programmé à la suite de la troisième et dernière phase des travaux d’Orbais, c’est-à-dire en toute fin .
Pour la part C.P.A.S. (25% contre 25% de part communale et 50% de part régionale), les frais seront couverts par vente de terres .


Jacques Renson
Président du CPAS

retour à la table des matières


Page imprimée le 22/10/2017 à 02:54. | © ECOLO Perwez - 2006