ECOLO

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Qui ? mieux que des amis des animaux pour défendre à Perwez, la biodiversité et la protection animale...


Quand tu auras pêché le dernier poisson, de la dernière rivière...tué le dernier cerf de la dernière forêt; a quoi te servira alors tout l'argent du monde pour apaiser ta faim ? (Proverbe Indien Mohawk).


Biodiversité : les écosystèmes répondront-ils aux besoins des générations futures ?

L'Union mondiale pour la conservation de la nature (UICN), qui a publié début mai une nouvelle liste des espèces menacées, estime qu’au moins 16 000 d’entre elles sont menacées d'extinction. Bilan des impacts environnementaux, mais également économiques et sociaux, de la perte de biodiversité.

Sur les 40 177 espèces évaluées à l'aide des critères de la Liste rouge de l'UICN (Union mondiale pour la conservation de la nature), 16 119 sont aujourd'hui déclarées menacées d'extinction. Un amphibien sur trois et un quart des espèces de conifères du monde, un oiseau sur huit et un mammifère sur quatre sont en péril, a annoncé l’UICN début mai.

La disparition des écosystèmes signifie également la disparition des services qu’ils rendent à plusieurs milliards d’individus. "Cette tendance est lourde de conséquences pour la productivité et la résilience des écosystèmes ainsi que pour la vie et les moyens d'existence qui en dépendent, mais il est possible renverser la tendance, comme le prouvent les nombreux succès de la conservation.

Par ailleurs, les écosystèmes d'eau douce ne constituent pas seulement une importante source alimentaire, ils sont essentiels pour la fourniture d'eau potable propre et l'assainissement. Plus d'un milliard d'habitants de la planète n'ont pas encore accès à de l'eau salubre. Or, avec le déclin des écosystèmes, il est de plus en plus difficile de satisfaire ce besoin et de maintenir les approvisionnements actuels. Les préservations des marres, zones humides et Natura 2000, sont des enjeux cruciaux pour ecolo.


Ecolo propose :

  1. l'engagement d'un éco-conseiller membre de la cellule développement territorial, et un plan communal de développement nature (PCDN).
  2. la sensibilisation des services techniques à une gestion écologique des espaces publiques, abords de voiries, verdurisation des espèces vivaces indigènes, plantations d'arbres et de haies, préservation et développement des talus boisés.
  3. La protection des zones humides et la qualité des eaux de surface, en créant des liaisons écologiques entre les zones refuges de la faune et de la flore.
  4. L'étude de faisabilité d'un centre de revalidation pour animaux sauvages blessés.

Protection et bien-être animal


Le bien-être animal constitue une demande sociale et éthique croissante formulée aux éleveurs : émergence dans les milieux urbains d'une sensibilité à la souffrance animale, puis critiques vis à vis de l'agriculture intensive.

Il existe aujourd'hui peu de travaux étudiant les représentations des éleveurs et des techniciens sur ces questions. Cette lacune peut constituer un des éléments d'explication à l'incompréhension réciproque entre les éleveurs et les autres citoyens relativement au respect du bien-être animal.

Etre éleveur est tout d'abord une relation professionnelle aux animaux, c'est gagner sa vie avec les animaux. C'est ensuite un rapport quotidien aux animaux, au vivant.
Le métier d'éleveur est considéré par ceux ci comme varié et complexe. Ils insistent enfin sur le temps qu'ils passent à observer leur troupeau, et sur l'imbrication des temps professionnels, familiaux, personnels. Pour tous les éleveurs, les accidents sanitaires sont vécus comme une souffrance et un échec.
Le terme de bien-être animal n'est jamais abordé spontanément même si les éleveurs accordent beaucoup d'importance à ce qui sous-tend ce concept.
Les animaux d'élevage ne sont jamais assimilés aux humains, ni aux animaux familiers, ils ne sont jamais non plus considérés comme des machines, ils peuvent souffrir...comme nous !

(extrait du texte complet) ).



retour à la table des matières

Ca bouge !
Bienvenue sur le nouveau site de la locale de Perwez.
Actu ECOLO
Remonter en haut de la page